Françoise Zannier - Docteur en Psychologie - Psychologue Psychothérapeute Coach Superviseur - Paris 12 - Gare de Lyon - Tél. 09 81 62 89 40 - contact@psychologue--paris.fr

Follow psy_paris on Twitter FaceBook Add to Google Suivez le fil RSS ->Actualités du Coaching et de la Psychothérapie

aller à l'Accueil de psychologue--paris.fr

Psychologue--Paris.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article. Les articles de Psychologue--Paris.fr sont accessibles en ligne.

Pour un Revenu de Base

S'unir pour des causes justes et construire l'avenir

"La morale et l'éthique ne sont pas une affaire de préférences individuelles ou catégorielles, ni le lieu de l'arbitraire de chacun" Canto-Sperber & Ogien


Accueil psychologue--paris.fr -> Actualités du Coaching et de la Psychothérapie -> Pour un Revenu de Base

Le revenu de base(1) est un projet essentiel, auquel il faudrait apporter consistance et ampleur, parce que c'est un objectif atteignable et aussi un idéal humain.
La réalisation de ce projet concrétiserait le respect des droits humains fondamentaux figurant dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, et notamment ceux contenus dans l'article 25 : "toute personne a droit a un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, c'est-à-dire l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins,.. ".
En effet, le revenu de base répond parfaitement à l'exigence contenue dans cette affirmation qui pour l'heure et jusqu'à nouvel ordre, équivaut seulement à une déclaration de bonnes intentions.

Ne pas attendre d'être parfait pour commencer quelque chose de bien

A cet égard, l'objection disant qu'"un revenu de base inconditionnel permet aux gens de recevoir une part du revenu de la société, sans lui apporter de contribution productive en contrepartie" (2) ne tient pas.
Tout simplement parce que ce cas est déjà très répandu, sans que personne n'y voit d'objection (cas de nombreux rentiers, créanciers et actionnaires, en particulier).
Qui plus est, c'est un des principaux piliers du système socioéconomique actuel. Par conséquent pourquoi reprocherait-on aux uns, ce qui est la norme pour d'autres ?

De plus, on ne dira jamais assez l'importance essentielle d'un revenu minimum de base, pour la santé physique et psychique de chacun(e).
De même, l'importance de l'indépendance financière pour les libertés individuelles, donc pour la désaliénation de l'humain en général, n'est pas à démontrer.
L'obligation d'avoir des revenus pour vivre, et celle de gagner sa vie en travaillant pour l'immense majorité des individus, est en effet la base où des rapports d'emprise délétères viennent se greffer.

Comme on le sait, de nombreuses pathologies psychiques sont des pathologies de la liberté, résultant d'un rapport troublé à la vérité.
Dans le sens évoqué, la liberté correspond au fait de n'avoir que des contraintes choisies, ou du moins cohérentes avec nos valeurs. Or, de ce point de vue, d'innombrables personnes supportent ou subissent des contraintes d'origine extérieure, émanant de valeurs non partagées.
Généralement, ces contraintes s'inscrivent dans des rapports de forces ou de hiérarchie où elles sont en situation d'infériorité ou de subordination, donc où elles doivent obéir ou exécuter des ordres.

Les logiques de domination et d'exploitation sont quasiment toutes fondées sur ce type de rapport où on retrouve la dialectique du maitre et de l'esclave décrite par Hegel.
"J'ai le droit de jouir de ton corps..." signifie ici j'ai le droit d'obtenir de toi tel ou tel comportement, parce que je représente la loi me conférant ce droit.

La souffrance psychique ou morale engendrée par ce type de relation accompagne ou annonce, le cas échéant, les souffrances physiques liées aux privations économiques (nourriture, vêtements, logement, hygiène,...) pouvant s'en suivre.
Ainsi, au su ou à l'insu des protagonistes, la crainte d'un licenciement ou d'une perte d'emploi aux conséquences fâcheuses, est un objet de chantage permanent, implicite ou explicite, dans de nombreuses entreprises.
De même, dans de nombreuses familles, la crainte d'être sanctionné(e), maltraité(e), ou rejeté(e) par les parents ou le(la) conjoint(e), c'est-à-dire mis à la porte, est un objet de chantage aux conséquences nuisibles pour de nombreux adolescents et adultes de tous âges.

On entrevoit ici pourquoi les mots patron et père ont la même racine, leur fonction commune étant de représenter la loi, celle-ci ayant vocation de protéger les parties, mais aussi d'obliger et de sanctionner, le cas échéant.
On comprend aussi que la violence symbolique opère, sans qu'il y ait besoin de contrainte par corps, encore que celle-ci suit souvent la première.

Pour les précédentes raisons, on souscrira pleinement à l'idée que "les individus ont grandement intérêt à éviter les rapports économiques (avec un employeur, un conjoint, des employés administratifs) dans lesquels ils dépendent tant de ressources vitales, qu'ils en sont forcés de se soumettre à un rapport de domination."
Ce type de rapport est en effet nuisible socialement, tant pour les dominés que pour les dominants, car tous en subissent les conséquences à divers degrés.

Malgré tout, de nos jours, en l'absence de revenu de base garantissant leurs droits, de nombreuses personnes sont dans le cas évoqué, ou en passe de l'être.

L'obligation de travailler pour gagner sa vie, en particulier, conduit souvent à exercer un métier non choisi, ou à occuper un emploi trouvé plutôt que désiré, ceci rendant souvent illusoire la liberté de choix et la possibilité d'épanouissement personnel dans un tel emploi.
C'est tout aussi vrai pour les personnes avec qui un salarié est amené à travailler. Le non-choix et l'obligation sont des dénominateurs communs dans la plupart des cas.
A cet égard, des études d'impact permettraient également d'étayer le projet d'un revenu de base.

Pour couronner le tout, le développement technologique rend le travail de moins en moins nécessaire pour satisfaire les besoins de tous.
D'où la dégradation fréquente des conditions de travail des emplois subsistant, renforcée par des taux de chômage inégalés.
Dans ces conditions, en effet, de nombreuses directions ont beau jeu pour pratiquer des politiques de sous-emploi et de bas salaires, et pour imposer n'importe quelle exigence.
L'évolution démographique s'ajoutant à cela - toujours plus de candidats pour toujours moins d'emplois - le travail se raréfie et se précarise dans de nombreux secteurs, même si globalement le nombre d'emplois augmente.

Le patronat est majoritairement peu enclin notamment, à payer plus ce qu'il peut obtenir pour moins, d'une part, et d'autre part, quand les candidats sont pléthore, il a beau jeu d'imposer des conditions de travail que lui seul détermine, sans aucune concertation.
L'exercice du pouvoir tend ainsi souvent à être arbitraire, ceci renforçant le sentiment d'aliénation et les frustrations de nombreuses personnes, et amenant parfois des décompensations tragiques, que ce soit sur le lieu de travail ou en dehors de celui-ci.
De plus, en matière de droit du travail comme ailleurs, un lobbying intensif permet souvent aux possédants et aux grands capitalistes, de faire voter des lois favorables pour eux.

Dans les familles, le pouvoir des parents vis-à-vis de leur progéniture, ou de l'un des conjoints sur l'autre, est souvent arbitraire également. Que ce soit par ignorance, perversité ou perversion, d'innombrables drames se jouent tous les jours sans que personne ou presque n'en sache rien, les victimes n'osant et ne pouvant souvent rien dire ou faire savoir, quand elles sont conscientes d'être victimes.
Le fait qu'une femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups de son conjoint, est révélateur à lui seul des souffrances endurées dans de nombreux couples, par exemple, et des tragédies pouvant résulter d'une dépendance excessive.

Par ailleurs enfin, les ressources existent pour assurer un revenu de base, si les autorités le décident. En effet, ce ne sont ni l'argent ni les moyens qui manquent, mais uniquement l'équité dans leur répartition.
Il ne faut pas oublier notamment qu'en cette période de crise, si les pauvres (vs les précaires) sont toujours plus pauvres(vs précaires) et plus nombreux, il en va de même pour les riches qui sont toujours plus riches et plus nombreux, même s'ils sont une minorité.

En outre, il faut savoir que les écarts se creusent toujours plus également entre "les moins riches" et "les plus riches", les plus grandes fortunes atteignant des records jamais atteints.
C'est dire aussi ici qu'à de rares exceptions près, le but essentiel des possédants et du patronat - deux catégories se confondant souvent - n'est pas de créer des emplois, mais bien de réaliser le maximum de bénéfices à moindre coût.
De plus, savoir que l'évasion fiscale atteint 80 milliards par an, et que si les pouvoirs publics allaient la chercher, il n'y aurait plus de crise, est très évocateur également...

Une conséquence de tout ce qui précède, c'est qu'on ne peut décemment plus fonder l'avenir des individus uniquement sur la réussite au travail ou par le travail.
En effet, c'est induire les gens en erreur, et les jeunes en particulier, de tabler exclusivement sur le marché du travail et sur leur réussite professionnelle, pour réussir leur vie dans un contexte de mondialisation toujours plus déséquilibré en faveur des plus nantis.

Dans ce contexte en effet, il y a longtemps que pour beaucoup, le travail n'épanouit pas, mais aliène plus qu'il libère, en permettant tout juste de vivre, voire de survivre, quand il s'en trouve.

Une autre réalité est que le chômage de masse dévalorise le travail. Beaucoup de jeunes ne s'y trompent pas et le décrochage scolaire est souvent symptomatique d'anticipations négatives concernant l'accès au marché du travail, i.e. la possibilité de mener à bien un projet dans le contexte en question.
De même, la profusion permanente de marchandises et de services offerts à tout va et réalisant une crise mondiale de surproduction, démoralise et dissuade de nombreux jeunes de trouver une place stable et sécurisante dans cette société.

Le désespoir et le manque de visibilité sur l'avenir sont des fléaux d'autant graves plus que la société marchande est une société malade de ses valeurs.
En effet, comme le dit fort justement Paul Ricoeur, une société où l'économique domine le politique est une société qui crée des inégalités insupportables.

En d'autres termes, à de nombreux égards, il serait sans doute temps de désacraliser le travail et de se centrer sur les droits fondamentaux devant être respectés, comme c'est le cas avec le revenu de base, si on veut éviter que l'époque moderne s'enfonce dans une barbarie basée soit sur la souffrance vécue, soit sur des mensonges et des promesses non tenues.
Les marchands de bonheur et d'illusions se développant ces derniers temps, en réponse aux incertitudes et besoins de réassurance de beaucoup, sont un symptôme parmi d'autres, des problèmes en question.
A cet égard, on voit bien que le malheur des uns fait le bonheur des autres, ceci semblant être le principe fondamental d'une société préférant les clivages traditionnels à la justice sociale, jusqu'ici mais plus pour longtemps, espérons-le.

Tout cela étant, qu'on se comprenne bien, il ne s'agit bien entendu pas de dénigrer le travail, mais plutôt de distinguer les besoins d'éducation et d'activité(s), de celui de travailler, pris au sens de gagner sa vie, comme c'est le cas depuis des générations pour la plupart des personnes.

Dans les conditions décrites, le revenu de base a sa place pour libérer les individus de la contrainte du travail comme source vitale de revenus, et plus encore de toute dépendance excessive à autrui. Ainsi, tous pourront découvrir le plaisir de s'occuper sans devoir faire des choix irrationnels, ni subir des rapports de domination injustifiés, ou encore s'angoisser pour leur vie ou survie.
Ainsi, c'est bien le problème de l'aliénation, tel qu'on le rencontre dans de nombreuses pathologies psychiques, que le revenu de base pourrait contribuer à résoudre.

L'éradication de nombreuses souffrances psychiques et physiques, passe en effet par la sécurité personnelle que la société se doit d'apporter à chacun de ses membres.

Plus encore, la prise de conscience de la nécessité d'un revenu de base, pourrait ouvrir la voie d'une sortie de crise qui ne serait pas une simple rémission jusqu'à la prochaine, ceci étant une tendance récurrente, à la fois négative et perverse, du système capitaliste actuel.

En conclusion, le revenu de base est vraisemblablement un socle à partir duquel un changement de paradigme ou de système serait possible, sachant que si on ne change pas la donne radicalement et rapidement, on risque au contraire de continuer d'aller vers des issues aussi incertaines que dangereuses pour l'humanité toute entière.

Point n'est besoin en effet d'évoquer la surexploitation des ressources naturelles, les perturbations climatiques, les catastrophes de la pollution et du nucléaire, pour savoir que le système en question nous emmène vers l'abime, et qu'à ces différents titres également, il conviendrait de le changer radicalement.

Reste à savoir qui et combien d'entre nous aurons le courage et la capacité de défendre et de soutenir ce projet, en en mesurant bien les dimensions.

Françoise Zannier


Vous voulez la misère secourue, moi, je la veux supprimée


(1) Mouvement français pour un revenu de base

(2) Stuart White: Une objection peut être valide sans être décisive

PLAN DU SITE PSYCHOLOGUE--PARIS.FR

Accueil psychologue--paris.frCoaching et PsychothérapieTexteslocalisation et Accès au Cabinet
Questions fréquentes sur les psys et la psyPsychologue Clinicien : Quid ?Localiser le Cabinet
Services pour Professionnels et ParticuliersConceptions et Méthode intégrative en PsychologieL'activité du Psychologue ClinicienPsychologue Paris 1er Arrdt (75001)
Informations professionnellesChamps d'applications de la Psychologie IntégrativeLa Formation des psychothérapeutes cognitivistesPsychologue Paris 2e Arrdt (75002)
CoachingSites et BibliographieEclectisme et Intégration en PsychothérapiePsychologue Paris 3e Arrdt (75003)
Développement personnelEnquête sur les Traitements PsyPsychothérapie et PsychothérapeutePsychologue Paris 4e Arrdt (75004)
PsychothérapieNuméros Utiles et d'UrgenceLe Renouveau Phénoménologique en PsychiatriePsychologue Paris 5e Arrdt (75005)
Prévention des risques professionnelsCode de DéontologieRetour vers le phénotype - Les gènes existent-ils ?Psychologue Paris 6e Arrdt (75006)
SupervisionRésumé de ThèsePsychologue Paris 7e Arrdt (75007)
Affirmation de soiActualités Coaching et PsychothérapieRésumé Présentation de ThèsePsychologue Paris 8e Arrdt (75008)
Consultations psy en ligneFil d'Actualités de la PsychologieExtrait de ThèsePsychologue Paris 9e Arrdt (75009)
Questions/Réponses psy en ligneFormation Professionnelle et Droit de SavoirThèse sur la Psychothérapie IntégrativePsychologue Paris 10e Arrdt (75010)
Formulaire en LigneLa Formation des PsychothérapeutesConsidérations sur la guerre et sur la mort - FreudPsychologue Paris 11e Arrdt (75011)
CV expressMéthodes Quantitatives en PsychothérapieVaincre l'Anorexie et d'autres TAPsychologue Paris 12e Arrdt (75012)
La Psychologie entre Raisons et PassionsRemarques sur le Rapport INSERM 2004Psychologue Paris 13e Arrdt (75013)
Référencement et LiensAutisme et PsychanalyseProuver à tout prix l'efficacité des psychothérapiesPsychologue Paris 14e Arrdt (75014)
liens Le Marché du PsychospirituelInformations sur le CPF Psychologue Paris 15e Arrdt (75015)
liens 2PNL et autres pata-théoriesCadre règlementaire des risques professionnelsPsychologue Paris 16e Arrdt (75016)
Le Neuro-Coaching : nouvelle science ou imposture ?Autisme et autres TED : Etat des ConnaissancesPsychologue Paris 17e Arrdt (75017)
PartenairesSectes : où commencent et où s'arrêtent-elles ?Décret sur le titre de PsychothérapeutePsychologue Paris 18e Arrdt (75018)
Formation PhotoshopPsychologie positive : une nouvelle idéologieGuide Santé et Dérives sectaires - MiviludesPsychologue Paris 19e Arrdt (75019)
Formation SketchUpRéflexion sur le ManagementAction on climate changePsychologue Paris 20e Arrdt (75020)
Le Bonheur existe-t-il ?Lettre au Président
La conscience aux confins du matériel et du spirituelLa PNL selon ses formateurs
Du Scientisme en Psychologie et PsychanalyseLe Neuro-Coaching
Eloge de la confrontationIntervention Commission des Affaires Culturelles
Médiation : La grande illusionL'Amour expliqué
Pour un Revenu de Base
Dépression : troubles de l'esprit ou du cerveau ?

Psychologue Paris sur Google Maps

Psychologue Paris - Françoise Zannier - Dr en Psychologie - Psychologue Psychothérapeute Coach Superviseur - 12 rue d'Aligre - Paris - 75012 -
Tél. 09.81.62.89.40
- Fax 09.81.70.15.20 -
Copyright (c) 2012 - Tous droits réservés par Psychologue Paris